• « Certaines portes que l’on ouvre ne se referment jamais. Elles donnent sur un chemin étroit et sinueux qui mène vers un changement extraordinaire du cours de l’existence… » Né dans les années 1970, Daniel est un jeune homme parisien qui a grandi dans les odeurs d’encens de la spiritualité. Lorsqu’il est assez grand pour attraper l’un des livres sur l’ésotérisme qui peuplent la bibliothèque de sa mère, il est loin de se douter qu’il vient d’embarquer pour un voyage sans retour...
  • Le parcours dans la structure labyrinthique transforme l’adepte. Les vécus oniriques, les expériences initiatiques et l’enseignement du mythe crétois offrent l’opportunité d’ouvrir la conscience à l’Être intérieur que C.G Jung nommait le Soi et son état ultime, le Numineux. Cheminer dans le labyrinthe, c’est rencontrer les cinq personnages du mythe : Thésée, Dédale, Minos, Ariane et le Minotaure, pour s’y reconnaître dans le jeu interactif des effets miroirs...
  • Parallèlement à son œuvre monumentale, écrite avec la rationalité d’un traité de géométrie, Spinoza s’est aussi penché sur l’autre versant de la vie des hommes, avec les trois jalons canoniques que sont le droit naturel, le contrat et le droit positif. Mais ces jalons, que l’on peut appeler « classiques » car on les trouve aussi, en particulier, chez Rousseau, s’appuient sur une conception très originale du droit divin...
  • Stanislas Fumet essayiste de renom, dans sa belle préface au grand ouvrage de Berdiaev ''Le sens de la création'', écrivait : « L’esprit de Berdiaev, qui est la noblesse même - j’y insiste - se fraie des passages dans l’obscurité qui font étinceler des splendeurs où nous sommes habitués à ne rien voir ». Les organisateurs du présent colloque ne sauraient mieux dire la raison profonde de l’indéfectible attachement qui les lie au vieux Maître russe...