• Une enfance sénégalaise : itinéraires et personnages de la vie quotidienne défilent au gré des jours. Des villes et des quartiers s'offrent à nos yeux étonnés. Au-delà du sentiment géographique, des êtres touchent par leur vérité. Beauté, humour, tendresse, sobriété et simplicité... Comme si l'enfance était un royaume.





  • Dix-huit romanciers déclinent le multiple visage de l’Afrique : Kangni Alem, Tanella Boni, Boubacar Boris Diop, Emmanuel Dongala, Gaston-Paul Effa, Ken Bugul, Kossi Efoui, Ahmadou Kourouma, Koulsy Lamko, Alain Mabanckou, Léonora Miano, Tierno Monénembo, Nimrod, Jean-Luc Raharimanana, Aminata Sow Fall, Véronique Tadjo, Sami Tchak, Abdourahman Waberi. Cette Afrique dont on discerne les contours dans l’intimité de sa littérature pour aller droit au cœur des mythes, des histoires coloniale et postcoloniale, des guerres, des génocides, des exils...
  • Chantre de la négritude, Aimé Césaire est un maître de la poésie contemporaine, son œuvre est capitale. Nègre fondamental, Aimé Césaire a deux patries, sa Martinique natale et la légendaire Haïti. Un séjour de six mois en 1944 au pays de Toussaint Louverture aura suffi à canaliser ses énergies cosmogoniques. Il vivra toute sa vie dans la sublime rencontre de cette terre, belle et magique, où la négritude se mit debout pour la première fois...
  • 'Aimititau ! Parlons-nous !' réunit pour la première fois des auteurs du Québec et des Premières Nations, à travers des correspondances inédites qui prennent la forme de lettres, de récits, de courriels, de poèmes et de contes. Vingt-neuf auteurs sont rassemblés par le désir de mieux se connaître. Ils initient le dialogue et rompent les solitudes. Les écrivains jumelés s'écrivent des mois durant jusqu'à faire surgir une œuvre faite de tendresse et d'inquiétude, de révolte et d'espoir...
  • 'Ainsi parla l’Oncle', paru pour la première fois en 1928, est le premier manifeste de la condition noire. Cet ouvrage a influencé l’œuvre et la pensée des auteurs du mouvement de la négritude comme Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire et Léon-Gontran Damas. Pour penser le monde, pour comprendre les mécanismes de l’aliénation, soit du «bovarysme culturel», Jean Price-Mars a mis en avant les traditions, les légendes populaires, le vaudou et tout l’héritage africain qui fondent les cultures noires...
  • 'Amériquoisie' rassemble des essais portant sur l’autochtonie, le nomadisme, le paysage et la nordicité. Témoin, auteur, promeneur et acteur, Jean Désy court le territoire et nous parle de cette aventure dite métisserie. 'Amériquoisie' est une réflexion sur le fait métis. Jean Désy, poète amoureux du Nord québécois, connu pour ses récits inspirés de rencontres en tant que médecin, interroge ici la qualité de la relation nord-sud...
  • Trois villes. Cordoue, Séville, Grenade. Une histoire marquée par la rencontre des peuples. L'Andalousie n'est-elle pas ce lieu carrefour à la jonction de trois grandes civilisations : Occident, Orient, Afrique ? Carnet de voyage, témoignage, récit, enquête archéologique, cet essai polyphonique évoque dans une écriture vivante les flux et métissages entre les peuples. Ouvrage d'une brûlante actualité, 'Andalucía, l'histoire à rebours' rappelle le danger que représentent la montée des nationalismes étroits et l'enfermement sur des identités meurtrières...
  • Dire tout haut ce que les gens pensent tout bas, voilà ma devise ! « Anecdotes d'une agente d'artistes » vous dévoilera la face cachée du métier enfant-acteur. Vous serez témoin de faits inhabituels parfois dramatiques, parfois humoristiques, croustillants et colorés. Vous serez intrigué, amusé, attristé, découragé, choqué, subjugué ou envoûté par cette jungle artistique. L'utilisation du mot jungle est bien réfléchie, car on se retrouve souvent parmi une variété d'humains comparables à certains animaux...
  • Recueil d’entretiens avec neufs écrivains de la francophonie caribéenne. Patrick Chamoiseau, Maryse Condé, Raphaël Confiant, Roland Brival, Daniel Maximin, Dany Laferrière, Gisèle Pineau, Louis-Philippe Dalembert et Marie-Célie Agnant permettent à l’auteure Paola Ghinelli de convoquer un ensemble de nouvelles questions : existe-t-il un « roman caribéen francophone», la critique contemporaine a-t-elle pu en saisir les problématiques ? L’auteure interroge les écrivains sur des aspects qu’ils ont rarement affrontés auparavant, tels que les contraintes d’ordre géographique et linguistique, l’intertextualité et aussi leurs rapports avec la spatialité et la temporalité...
  • Quel usage faire du monde ? Jean-Claude Charles, errant aux pieds poudrés, propose dans ses récits de voyage un monde sans visa où la liberté de circuler et d'imaginer est le seul guide. Éloge du vagabondage, de l'errance et de la lecture. « Comment se balader… sans donner des nouvelles de l'état du monde, petits romans, petits portraits, choses vues et entendues, traversées d'histoires, se balader n'importe où, le nez en l'air, renifler l'air du temps […] prendre le pouls d'une humanité qui se débat, mesurer des climats, engranger des fictions minuscules… »