Newsletter
  • Louis Amiable (1837-1897), avocat, conseiller de Cour d'Appel, maire du Ve arrondissement de Paris, fut aussi une grande figure de la Franc-Maçonnerie de la fin du siècle dernier. Après avoir tenu, en 1865, le premier maillet à « L'Union d'Orient » de Constantinople, il fut membre de la loge « Isis Monthyon » et siégea au Conseil de l'Ordre du Grand Orient dès 1884. Comme historien de la Franc-Maçonnerie son nom reste surtout attaché à son étude posthume de la prestigieuse loge « Les Neuf Sœurs »...
  • ''Il importe peu, pour le moment, que nos sacerdoces chrétiens, divisés entre eux, n'aient pas soulevé le voile étendu à dessein par Moïse sur sa cosmogonie, par Jésus sur sa Promesse de l'Avènement du Règne de Dieu. Ce qui importe ici, c'est que dans l'Etat Social européen, dans cette universelle église laïque, non constituée encore, mais en avance de moralité et d'intellectualité sur ses directions politiques et sacerdotales, Israël, couvert par Jésus-Christ, son Souverain Pontife et le nôtre, protégé par le souffle de cette Âme Sociale épars dans l'opinion publique, est encore plus chez lui que chez nous, en Europe même, et cela de par les droits les plus sacrés...
  • « Pourquoi ce nouvel ouvrage traitant d’un sujet par ailleurs largement développé ? Il nous a semblé utile de porter un regard différent sur la matière symbolique du 1er degré : un regard plus directif. À savoir une direction émanant d’un consensus qui soit partageable, pour aller vers l’unicité de ses interprétations individuelles. Toutes les significations qui vont être proposées n’ont d’autres ambitions que d’impulser des recherches qui soient strictement personnelles, selon une orientation définie : c’est de cette manière que le terme sens veut ici être entendu...
    • Max Garnier
    • Edimaf
    • 68877
    • 9791097414078
    • oui
  • Pour qui étudie l’ésotérisme, la magie, le symbolisme et leurs liens avec l’Histoire, la fin du XIXe siècle est une période pour le moins intéressante, tant sur le plan politique, économique ou social, que sur celui des sciences occultes. On le sait, ce moment de l’Histoire européenne pose l’apogée de ce que l’on a coutume d’appeler la « Belle époque », une période d’insouciance, mais aussi de progrès scientifiques et de magie qui durera de 1871 à 1914...
  • Dans le processus de l’évolution humaine, il y aura toujours lutte entre « ceux qui restent », en qui prédominent les appels de la vie végétative, et « ceux qui partent » avec leur aspiration vers de nouvelles créations. Et toujours ces derniers vaincront et dresseront leurs tables de commandements pour le troupeau des « restants ». Aux heures des crises, des catastrophes mondiales, de la chute d’une civilisation ou de la naissance d’une autre - la mystique brille d’une lumière éclatante et qui dure...
  • Les « Livres de l'Apprenti » publiés au cours du XIXème siècle et de la première moitié du XXème ont mis l'accent sur l'allégorie des outils, bien plus que sur la symbolique de l'initiation. Le présent ouvrage est de ceux qui marquent un tournant vers une formulation symbolique du premier degré de la Franc-Maçonnerie. Raoul Berteaux, après avoir étudié les lois et les règles de la symbolique dans son ouvrage « La voie symbolique », s'est penché sur leur application dans le champ maçonnique ; ce livre, consacré au grade d'Apprenti, étant le premier d'une trilogie embrassant les trois grades de la Loge bleue...
  • La « Symbolique au grade de Compagnon » offre la vision de l'unité spécifique de la loge de Compagnon à la fois héritière du Compagnonnage, dont on retrouve les principes dans la Franc-Maçonnerie, et créatrice de la totalité de l'enseignement maçonnique. Le degré de Compagnon illustre en outre l'inspiration que la Franc-Maçonnerie spéculative, recevant en son sein des hommes de diverses professions, a puisé dans la Franc-Maçonnerie opérative, réservée à des artisans...
  • Le candidat reçu au grade de Maître ne peut manquer d'être surpris par la forme dramatique et mythique du cérémonial. Les formes rituelles des deux premiers degrés n'annoncent pas celle du troisième. Il y a de toute évidence, un élément nouveau apporté dans la pratique initiatique. Afin d'en faciliter la compréhension, au-delà du ressenti de la cérémonie, il importe de replacer le grade dans une perspective toute à la fois symbolique et historique...
  • Esquissant sa vaste réflexion sur ce rite, l'auteur met en relief les thèmes initiatiques, les mythes et les nombres qui sous-tendent les rituels (complexes et parfois divergents) des premiers grades supérieurs du REAA. Allant bien au-delà des « thuileurs » ou de gloses parfois verbeuses, Raoul Berteaux décompose les éléments symboliques de chaque degré et, les replaçant dans le cheminement initiatique, leur rend clarté et cohérence...
  • L'enseignement ésotérique de la Franc-Maçonnerie, et tout particulièrement du Rite Ecossais Ancien et Accepté, se situe au point de rencontre de trois traditions : la tradition judéo chrétienne reposant sur l'Ancien Testament, la tradition johannite basée sur l'évangile de Jean et sur l'Apocalypse, la tradition chevaleresque liée aux Croisades et à la légende templière. Comment s'étonner que cet enseignement ait pu paraître quelque peu hétéroclite, au vu, notamment, de ses nombreux rituels dont la cohérence n'est pas souvent le caractère dominant ? Après avoir rendu clarté et cohérence aux onze premiers degrés des grades supérieurs du REEA dans son précédent ouvrage...