Newsletter
  • Un des rares textes du bouddhisme ancien composé par une femme, 'Le Rugissement de lion de la ­princesse Shrimala' enseigne que la multiplicité des aspirations et des véhicules, induite par la diversité des états d'esprit, dérive d'une aspiration universelle irrépressible, naturelle et omniprésente. L'œuvre met l'accent sur la vérité des phénomènes, non pas une simple vacuité, mais une nature omniprésente, permanente, stable, innée, sans début ni fin et parfaitement pure...
  • 'Le Soutra de l’essence de Tathagata', texte remarquable du bouddhisme ancien, ouvre en grand l’espace vide et central de l’intériorité, de l’irrationalité insaisissable et infinie présente en tous : un « univers » grandiose, une ouverture sans appui ni référence, le fin fond de l’intériorité qui est le théâtre de toutes les possibilités et de l’imagination créatrice si chère aux tantras. Il réaffirme ainsi combien la libération dépasse le cadre de la raison, combien l’éveil et la liberté restent nécessairement déraisonnables...
  • Le Traité de la Continuité sublime du grand véhicule fut composé en Inde au début du Ve siècle de notre ère par Asanga, l’un des philosophes bouddhistes majeurs de l’Inde ancienne. Il compte parmi les textes les plus importants du Grand Véhicule. Cette continuité sublime est la trame infinie qui forme le tissu de toutes nos expériences. Elle est la toile de fond commune à tous les êtres, qui claque aux vents de l’esprit et bat à la mesure de ­l’illusion, où se dessinent au gré des actes et des pensées les histoires personnelles...