Newsletter
  • (...) Ces réflexions, qui comparent la vie au cottage à une sorte de paradis sur terre, montrent quelle vision idéalisée du bonheur campagnard était enracinée dans l'imagination des auteurs et artistes du XIXème siècle. Ce livre illustre leur vision : des logements pittoresques entourés de jardins luxuriants aux couleurs vives, habités par des paysans dignes et de charmants enfants, tous représentés dans l'éclat doré d'un éternel soleil...
  • Cet ensemble de vues de New York, rassemblées et commentées par Gabrielle Townsend - déjà auteur d'un ''John Singer Sargent'' et d'un ''Winslow Homer'' chez le même éditeur - , relate l'irrépressible métamorphose d'une ville passant de la traditionnelle horizontalité urbanistique à une stricte verticalité, soutenue en cela par les progrès fulgurants d'une technologie importée par les architectes et les constructeurs venus de la vieille Europe...
  • Winslow Homer reçut de nombreux honneurs au cours de sa vie, telle la médaille d'or de l'Institut Carnegie dont le directeur des beaux-arts, John W. Beatty, qui rendit visite à Homer à Prout's Neck en 1903, écrivit ensuite : «À l'époque, sa réputation parmi les peintres du monde était à son apogée. Dans les ateliers d'Amérique, le nom d'aucun peintre d'art moderne ne jouissait d'une reconnaissance supérieure ni n'était prononcé avec une estime plus profonde et plus sincère...
mot de passe oublié ?